Exportation de produits laitiers après la réduction de la consommation par habitant

صادرات محصولات لبنی پس از کاهش سرانه مصرف

Il n’y a pas longtemps, le PDG de l’Union des coopératives de producteurs de produits laitiers d’Iran a annoncé une réduction de 40 % de la consommation de produits laitiers, tandis qu’il est dit que la licence d’exportation de ces produits vers la Chine a été délivrée. Dans la situation où, sur le marché intérieur, le prix des produits laitiers dépasse celui des substances nocives telles que les boissons gazeuses, les producteurs cherchent-ils à exporter ces sans demande ?

Selon Tejarat News, récemment, le vice-ministre de la diplomatie économique du ministère des affaires étrangères a annoncé que la licence d’exportation de ces produits vers la Chine sera bientôt reçue. Dans le même temps, la question de l’exportation des produits laitiers est soulevée, selon les responsables syndicaux, après la réforme du système de subvention, la consommation de produits laitiers dans le pays a diminué de 50%.

La forte augmentation du prix des produits laitiers a conduit au fait que des produits tels que le lait, le babeurre et le yaourt, qui ont toujours fait partie intégrante des tables iraniennes, ont été retirés du panier de biens des gens.

Le prix des produits laitiers ayant dépassé celui des boissons gazeuses, cette boisson nocive a ouvert les portes des foyers plus qu’avant. Bien sûr, la solution n’est pas que les décideurs augmentent le prix des sodas, mais on peut s’attendre à ce que, tout en soutenant les producteurs, le prix des produits laitiers, qui ont un lien direct avec la santé des gens, diminue.

Il n’est pas possible d’exporter des produits laitiers

Le porte-parole de l’Association de l’industrie laitière a déclaré lors d’une conversation avec Tejarat News que ces ont été exportés vers la Chine dans le passé. Mais apparemment, la coopération avec la Chine va se faire à un niveau plus large.

Mohammad Reza Banitaba a ajouté : « Avant cela, environ 10% de ces produits étaient exportés. Mais ces dernières années, la production de lait en poudre industriel s’y est ajoutée.

Affirmant que le volume des exportations de produits laitiers est resté entre 10 et 15 % au cours de ces années, il a noté qu’avec la diminution de la consommation de produits laitiers par habitant, les produits ont été convertis en lait sec industriel, en beurre et en crème.

Il a souligné : La diminution de la consommation par habitant ne signifie pas que l’excédent ces sera exporté pour lequel il n’y a pas de demande sur le marché. Actuellement, la majeure partie des exportations concerne le lait en poudre industriel, le beurre et la crème.

Selon ce responsable syndical, la crème glacée et les produits laitiers ont une part plus faible sur les marchés d’exportation.

Banitaba a expliqué : Actuellement, l’élimination des droits d’exportation des produits laitiers, qui devait se faire simultanément avec la mise en œuvre du plan de vulgarisation des subventions, n’a pas été réalisée. Le point important est qu’après que les taux soient devenus réels, les exportations de produits laitiers ont perdu leur avantage de prix.

A la fin de son discours, il a annoncé : L’année dernière, ces produits ont été exportés vers plus de 50 pays. Le plus grand volume d’exportations était destiné aux pays d’Irak, d’Afghanistan, du Pakistan et d’Eurasie.

Abonnez-vous à notre bulletin d’information pour obtenir des nouvelles sur les produits de grande consommation et sur l’industrie iranienne des fruits secs et des noix.

close